Diversité en politique : contre-sens ou real politque?

Publié le par chaineze.kabouya.over-blog.com

diversite-copie-1.jpg

 

Nous avons tous très vivement réagit, lorsque la presse à relevé l'affaire des quotas au sein de la Fédération Française de Foot.

Mais la vérité est que c'est bel et bien une politique de quotas qui est pratiquée aujourd'hui au sein de nos partis politiques.

On se félicite d'une Rachida Dati, d'une Rama Yade ou d'une Fadela Amara au gouvernement. 

Mais pourquoi? Parce qu’elles s’appellent Dati, Yade, Amara, qu'elles sont maghrébine ou "black"?

Pourquoi ne parle t on jamais du fait que un nombre infiniment petit d'ouvriers qui accèdent aux responsabilités politique?

Pourquoi ne s'étonne t on pas du peu de femmes en responsabilité ?

Pourquoi ne nous mobilisons nous pas, pour plus de représentativité territoriale?

La diversité n'est pas et ne doit pas être l'avènement de la discrimination positive.

A chaque approche d'échéance électorale, le débat sur la question de la diversité réapparaît.

Mais qu'est ce que la diversité aujourd'hui en politique?

Il semblerait qu'être de la diversité aujourd'hui, se fait sur un critère "d'origine".

Dans mon cas par exemple, je suis considérée comme une élue de la diversité, de par mes racines algériennes.

Mais je ne suis pas l'élue de la communauté Algérienne de Vénissieux. Pas plus que la communauté voterai pour moi, parce que je suis Algérienne. 

Certains pensent, qu'avoir des représentants de "communautés", fait gagner des voix.

Je reste convaincue que ceux qui pensent gagner un élection pour cette raison se trompent. Il n'existe pas de vote communautaire. 

Je reste convaincue, que ce qui nous fais gagner une élection, c'est d'abord le travail de terrain et le projet politique que nous proposons.

Certains se sentent comme des élus de seconde zone". Parce nous somme toujours ramener à notre statut de "diversité". Parce que l'étiquette collée est celle de "l'arabe de service".

Mais finalement, en se réclamant de la diversité pour avoir une place éligible, n'est ce pas faire le jeu de tous ceux qui ne nous considère que par ce statut?

Je refuse cette étiquette. Je suis socialiste. Je suis une élue socialiste. 

 

A force de vouloir faire de la diversité à tout prix, nous en oublions l'essentiel.

Cette politique de discrimination positive tend à prendre le pas sur la reconnaissance de l'action militante. Sauf, que l'action militante et la pierre angulaire de la construction de nos partis. C'est grâce aux militants que nous sommes en capacité de mener nos campagnes, de diffuser nos idées... 

 

Ne soyons pas naïf. Il existe un réel problème de représentation aujourd'hui sur la scène politique Française.

Mais ce problème de représentation ne se pose pas uniquement en terme de représentation de ce qu'il est d'usage d'appeler les minorités visibles.

Nous ne devrions pas à avoir à geler des postes pour la diversité. Naturellement, nous devrions être le Parti aux couleurs de notre société dans ce qu'elle a de plus beau : le mélanges des cultures, des classes, des âges.

Instaurer un politique discriminatoire visant à jouer sur l'esprit communautaire des citoyens est un danger pour la construction d'une société plus juste et plus égalitaire.

En tant que socialistes, nous devrions, travailler à gommer les inégalités qui existent au lieu de les accentuer.


 

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

romain blachier 22/06/2011 08:46


Tu as fais ton premier billet qui buzze! bravo !


hugo 20/06/2011 19:07


excellent article,je suis particulièrement d'accord quand tu parles de ne pas gêler des postes pour la diversité.

je me permets d'ajouter,si tu me le permets,que le mal vient de beaucoup plus loin.La faible representativité de cette diversité dans les cercles politiques vient du fait que l'ascenseur qui lui
permettrait d'en arriver là ne fonctionne pas et celà convient à beaucoup.NS a fait croire aux français que la France est un exemple en la matière en nommant des ministres issus de la diversité
sans véritable pouvoir de décision.Puis ce sont des personnalités qu'il a lui choisies et qui ne résument absolument en rien l'état de la diversité en France.

Le véritable problème est l'intégration de populations immigrées dans les sphères de l'élite les plus fermées.Le talent et les compétences il y en a,mais quand les portes ne s'ouvrent qu'aux
habitués,il est impossible que les choses s'améliorent,avec à la clé une reproduction des élites à la française totalement dépassée.

Par ailleurs,le peuple français est-il prêt à celà ? Il faut poser frontalement le sujet,parce que tant que majoritairement il ne le voudra pas dans le sens où il ne l'exprimera pas suffisamment,il
ne se passera pas grand chose.Le peuple étant souverain,on ne lui passera pas par dessus.

C'est la convergence d'une expression populaire suffisamment forte et un ascenseur "éducatif" plus ouvert sans être moins rigoureux qui permettra à mon sens de véritablement faire bouger les
choses.


lucie briatte 20/06/2011 17:24


tu as parfaitement raison chaineze, bel article !


romain blachier 17/06/2011 01:01


excellent billet! par contre arrête le son lancé automatiquement à la connection de ton blog!