Le vent de la révolte souffle aussi sur l'Algérie

Publié le par chaineze.kabouya.over-blog.com

La

alerie.jpg

 

 

Depuis plusieurs semaines, les caméras sont braqués sur la révolte du peuple Tunisien. Le courage et la détermination des Tunisiens, est salué par tous. 

Ce qu'ils ont réussi à faire. la chute de Ben Ali, la combat contre un gouvernement de transition à l'image de ce qu'il était déjà avant la révolte, sont autant de signes, qui font trembler non seulement les dirigeants des pays Arabes, mais à n'en pas douter, les nôtres aussi.

Début Janvier l'Algérie  a été secouée par 5 jours d'émeutes, qui ont fait 5 morts et près de 800 blessés. Le gouvernement à cru calmer le peuple en annonçant la baisse des prix des produits de première nécessité. 

Considérer ces émeutes, comme les "émeutes de la faim",comme l'ont fait Bouteflika et une partie des médias est une erreur. C'est nier la dimension politique de la révolte. C'est nier la détermination qui les anime.

Bien sur, le peuple ne vit pas il survit. Bien sur, les dernières augmentions des prix des produits alimentaires ont exacerbés le sentiment d'injustice.

Cette insurrection est le fruit d'un pouvoir corrompu. C'est le fruit de décennies de terreur organisé par le pouvoir. 

La longévité de ce pouvoir est aussi dû au soutien inconditionnel des pays occidentaux. Sous couvert de lutte contre les islamistes, les dirigeants occidentaux ont laissé régner les dictateurs, en Tunisie, en Algérie et dans bien d'autres pays.

Bien que l'Histoire politique de l'Algérie ne soit pas comparable à celle de la Tunisie, je ne peux m'empêcher de penser qu'une nouvelle ère s'ouvre.

Depuis Vendredi, la LADDH, les syndicats SNAPAP, CLA, SATEF, CNES, les partis politiques FFS, RDC, MDS, PLJ et une dizaine d'associations, organisent la mobilisation. Reconquérir les "espaces publics confisqué par le pouvoir", tel est leur objectif. La dernière fois qu'un tel rapprochement des forces d'oppositions à eu lieu, c'était en 1997. 

Ce Samedi 22 Janvier, Alger prend des airs de ville occupée. Le trafic ferroviaire est interrompu, des hélicoptères survolent la capitale, les routes sont barrées. Le pouvoir, à tout mis en place pour empêcher les algériens de rejoindre la manifestation organisée par le RCD. D'autres wilayas, comme celle de Boumerdes, voient aussi les manifestants affluer.

L'espoir renait en Algérie.

Le changement est en marche.

 

Publié dans International

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article