L'espoir venu de Tunisie

Publié le par chaineze.kabouya.over-blog.com

algetuni.jpg

 

 

Tout est parti de Sidi Bouzid.

Tout est parti d'un évènement tragique.

Un page majeure de l'Histoire s'écrit aujourd'hui.

Depuis plusieurs jours nous sommes tous sans voix devant le détermination du peuple Tunisien. Son combat, pour la liberté, pour la justice et pour la démocratie, fait trembler les régimes de tous les pays. Un vent de révolte souffle sur le Maghreb, comme il à soufflé autrefois que la France.

La détermination, le courage et la rassemblement du peuple Tunisien ont eu raison du népostisme.

C'est au prix du sang de leurs enfants, de leurs frères et soeurs que les Tunisiens ont gagner leur liberté.

Ben Ali, à cédé. Il à quitter le pays qu'il a diriger d'une main d'acier pendant 23 ans, sans liberté aucune pour son peuple.

Les mots prononcés par les différents Hommes politiques ces derniers jours, la lenteur de la réaction de nos représentants, y compris socialistes , ne peuvent que nous être reprochés.

Malgré des concessions faites par le gouvernement de transition, la vigilance est de mise. il ne s'agit de pas que le peuple se fasse voler sa victoire. Les futurs élections devront être totalement libres et transparentes. Le peuple est encore dans la rue, pour réclamer la démission de tous les membres du gouvernement de Ben Ali.

Avec cette victoire, une vent d'espoir souffle sur l'ensemble des pays arabes. Les régimes tremble.

Je voudrais ici citer le communiqué du Front des Forces Socialistes Algérien, pays lui aussi en proie à un soulèvement populaire:

Il n’échappe à personne que dans nos pays, les forces du statu quo et de la restauration autoritaire, sont encore présentes et actives tant au niveau des Etats que dans les sociétés.

Il n’échappe à personne que dans nos pays des archaïsmes et des extrémismes violents peuvent eux aussi et à tout moment, compromettre l’avenir démocratique.

Oui, aujourd’hui les peuples du Maghreb éprouvent un désir fervent de changement pour accéder à la dignité, la liberté, à la démocratie et au bonheur.

En Algérie, ce désir s’est affirmé au lendemain de l’indépendance.

Oui aujourd’hui, les Algériennes et les Algériens savent qu’il est difficile de mener une lutte pacifique en face d’un régime violent. Ils montrent encore qu’ils sont déterminés à faire aboutir ce combat, à faire tomber ce régime et à consentir tous les sacrifices.

Les Algériennes et les Algériens espèrent que l’expérience Tunisienne sera méditée.

Ce qu’ils demandent aujourd’hui, c’est que cesse le soutien des certaines puissances au régime en place.

Comment accepteraient-ils les propos du Quai d’Orsay ? Aujourd’hui, la priorité pour la France est-elle, encore, de proposer une assistance technique à la gestion soft des manifestations et à la formation des forces de répression ?

Comment accepteraient-ils les propos tenus par l’Elysée ?

L’équation algérienne se limiterait-elle encore au couple binaire et simpliste Bouteflika ou les Talibans ?

Pourquoi en France et plus généralement en Europe, il est possible d’intégrer les forces politiques racistes, xénophobes, extrémistes voire fondamentalistes en système démocratique, et dans le même temps dénier aux peuples du Sud la capacité de gérer pacifiquement, politiquement et démocratiquement les forces radicales et extrémistes.

Encore une fois, oui au partenariat et non au protectorat destiné à reconsolider la Françafrique ; Il s’agit là d’une option conforme à la morale et conforme aux intérêts.

Dans tous les cas, le FFS ne peut que regretter l’attentisme et les hésitations qui ont caractérisé la position officielle de la France durant les événements de Tunisie et son silence éloquent sur les événements en Algérie.

Le FFS ne peut que saluer la volonté affichée par le parti socialiste français de soutenir les forces démocratiques en Algérie et sa condamnation claire de l’usage de la force et de la répression face aux mécontentements populaires.

Encore une fois, nous saluons le peuple Tunisien pour sa constance et son courage.

Un petit pays peut-être, un grand peuple assurément !"

 

C'est une belle, une grande leçon que vient de nous donner le peuple Tunisien.

C'est l'espoir qui renait pour toutes celles et ceux, qui, épris de justice et de liberté, se soulèvent à travers le monde.

Publié dans International

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article