Un système de santé à double vitesse

Publié le par chaineze.kabouya.over-blog.com

sante.jpg

 

Le gouvernement lance une nouvelle offensive contre notre système de santé. Cette année encore, la loi de finances de la Sécurité Sociale votée est une atteinte au principe de solidarité.

Petit rappel historique :

Les prémices de la sécurité sociale, naissent au XVIe siècle, dans la marine marchande. 

C'est Pierre LAROQUE, ancien Résistant des Forces Françaises Libre - avec Maurice

CROIZAT notamment - qui a jeté les bases de la Sécurité Sociale par les ordonnances des 4 et

19 octobre 1945. Il avait auparavant établi un plan de sécurité sociale résultant de la

Conjonction de trois politiques différentes :

- une politique économique ;

- une politique d’équipement sanitaire et d’organisation médicale ;

- une politique de redistribution des revenus.

 

Les idées générales qui ressortent du plan peuvent être ainsi schématisées :

- garantir la population contre les risques de l’existence ;

- unifier la pluralité des caisses et régimes professionnels d’assurances sociales de façon à

Permettre la réalisation d’une égalité des charges et des prestations ;

- confier la gestion aux représentant des intéressés et de l’Etat.


La droite, patiente et minutieuse, s'attaque à tous les acquis du Conseil National de la Résistance.

Depuis des années les attaques se multiplient contre notre système de santé.

La loi Patients, Santé, Territoire remet gravement en cause l'égalité d'accès aux soins.

La volonté du gouvernement de rendre compétitif le secteur de la santé, engendre la fermeture de services hospitaliers sur des territoires qui sont voués à devenir des déserts médicaux (notamment de nombreux centres IVG). Et nous ne parlons pas là que des zones rurales. Les Banlieues seront elles aussi touchées.

La réforme de l'Assurance Maladie, avait engagé nombre de déremboursements, instauré des franchises à charge des patients. (50cts par boite de médicaments, actes d'auxiliaires médicaux, labo,...)

En septembre, la gouvernement, confronté à des déficits abyssaux des comptes sociaux (qu'il a lui même engendré), décide de taxer les mutuelles de 3,5%. Contraignant les mutuelles à augmenter leurs cotisations.

Il annonce, au même moment, une nouvelle vague de déremboursement de médicaments.

Je vois 2 objectifs à cette succession de mesures :

- Faire peser la majeure partie des remboursements sur les mutuelles.

- Permettre aux assureurs de récupérer une belle part du gâteau. 

Il existe une différence fondamentale entre assurances et mutuelles. Les mutuelles ne rémunèrent pas d'actionnaires. L'ensemble des bénéfices dégagés, est reversé aux adhérents sous forme de prestations.

Les fonds propre des mutuelles sont la "propriété" de leurs adhérents. 

Les fonds propre, c'est justement ce qui a manqué aux banques au moment de la crise financière, obligeant les Etats, et donc les contribuables, à voler à leur secours.

 

Les dépenses de santé représentent un peu plus de 11% du PIB. Pourtant, les inégalités se creusent encore.

Nous devons avoir des politiques de santé ambitieuses, garantissant l'universalité de l'accès aux soins.

 

Retrouvez toutes les propositions sur : www.parti-socialiste.fr


 

 

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article